newgirl4


Ce matin là, un matin de plus, elle se leva en se demandant comment elle allait tenir la journée. Donner le change à son entourage demande un effort toujours plus grand, encore qu'elle  se demandait quelquefois si l'aveuglement des proches n'était pas volontaire.

Comme d'habitude, elle fit l'effort de soigner son allure, car bien qu'elle s'en défende, les travers de son éducation ressortaient et dans sa tête résonnaient les mises en garde de son père qui lui rappelaient que l'on a un rôle à tenir et que montrer sa faiblesse est un tort.



Alors qu'à une époque, elle avait plaisir à chercher ce qui pourrait attirer son attention, maintenant elle savait qu'elle perdait son temps. On ne retient pas l'attention d'une personne qui papillonne de l'un à l'autre, de l'une à l'autre, attirée par l'admiration qu'elle veut susciter.



Elle se précipita pour prendre son thé, seule, pour ne pas à avoir à faire la conversation sur des banalités qui la saoulaient. Le nez plongé dans un livre, elle ne releva pas la tête quand son mari rentra dans la cuisine. Elle n'avait pas envie de l'entendre une fois encore  évoquer sa santé si fragile qu'elle demande l'attention de tous à tout instant.



Elle attrapa son sac, un yaourt pour la pause midi, vérifia ses clés et après un bref 'bonne journée', fila au bureau.



Elle espérait arriver suffisamment tôt afin d'avoir le temps de vérifier sa messagerie avant l'ouverture au public. Elle espérait tellement voir une réponse aux quelques mots qu'elle avait envoyé, juste quelques mots qui pouvaient espérer une réponse. Elle essayait d'y croire bien qu'au fond d'elle même elle connaissait déjà la réponse ou plutôt l'absence de réponse. Si elle avait autant de chance au loto que dans ses prévisions, elle serait riche ! mais c'était bien le seul moment ou elle avait tout juste.  La journée s'annonçait encore une fois galère. Sa collègue était déjà là, en train de s'affairer à ouvrir les volets, sortir ses dossiers, tout juste si elle n'alignait pas ses crayons. C'était fascinant de la voir agir chaque jour de la même façon. Répétitive, maniaque pour terminer en fin de journée par un véritable chantier sur son bureau. A croire qu'elle montait des remparts pour se protéger.
En attendant elle allait devoir attendre pour aller consulter sa messagerie. Au fond ça lui donnait la possibilité de garder un brin d'espoir et ce n'était peut être pas plus mal. La matinée se déroulerait avec plus d'entrain.