Pourquoi avait elle toujours cette angoisse, logée au fond d'elle même ?

Angoisse latente, fluctuante, mais jamais absente.

Tout lui était sujet d'anxiété. Certains diraient qu'elle laissait la vie, les ennuis, prendre la main sur son esprit, sur son coeur.

Assurément ils avaient raison. Mais lui donnaient ils le mode d'emploi pour que cela ne soit pas ainsi ? 

Hélàs non, il fallait donc qu'elle sache jongler avec cela. Naviguant au mieux entre les eccueils de la

réalité et de ses angoisses, elle se sentait chavirer, sans port d'attache.

Echouée, elle se cramponnait, mais les forces finissaient par manquer et elle se sentait emportée par le

courant d'un désespoir infini.