Dévastateur, ravageur, surement dérangeant car criant de vérité. Ce sentiment de culpabilité qui suit les victimes, ce sentiment de honte mélé d'une colère contre soi, contre lui, contre les autres. Cette rage de n'avoir pas su se défendre alors que pour les autres, il parait évident qu'on peut se défendre, que ce genre d'agression n'est pas le fruit du hasard, que la victime n'est pas tant victime que cela.

Difficile d'attendre une aide, difficile de se reconstruire, difficile de retrouver une estime de soi. Douter de la sincérité des autres, se rabaisser en permanence et donner ainsi plus de pouvoir encore à ses destructeurs.

Ces mots qu'on entend, ces conneries, ces à priori stupides font que le silence semble souvent la seule façon d'avancer. C'est bien sur une erreur qui donne plus de puissance destructrice aux prédateurs laches et aux imbéciles car le silence ne donne pas l'oubli, n'efface pas l'acte et ses ravages.

Mais tous ces mots ne sont pas grand chose face à la réalité vécue.