On peut se demander si parfois il n'y a pas une prédestination.
En tout cas c'est ce qu'elle se disait au regard de ce qu'elle ressentait.
Le chiffre, 3 devait être un chiffre marqué d'une pierre noire ou grise.
Quand on vous demande votre chiffre fétiche, vous vous creusez la tête, mais en fait il faudrait mieux s'interroger sur l'impact des chiffres maléfiques.
Ceux qui ne savent que blesser, heurter, renvoyer à un néant d'ou elle n'aurait jamais du sortir. C'est le constat qu'elle ne pouvait que faire en cette nuit.

Cela faisait plusieurs années qu'elle avait pensé que tout pouvait encore changer. Mais il ne lui restait que ces quelques chiffres n'ouvrant sur rien ou pire, libérant une déception, un  dégout certain et la conviction que tout était finalement écrit une fois pour toute, prouvant que rien ne pouvait jamais changer.